#Posts             

 J'ai eu la chance d'apprendre le kintsugi urushi au Japon .

A travers mes posts , laissez moi vous faire  découvrir, aimer cet art ancestral japonais comme un art à part entière.

Métamorphose n° 02


Pas seulement pour le réparer.

Trouver la beauté dans la cicatrice.

Au cas où.



On procède au nettoyage du mugiurushi des parties qui ont été recomposées en enlevant soigneusement l'excédant avec une lame coupante.


L’art subtil du kintsugi sera de combler les parties manquantes tout en respectant l'harmonie de la pièce, c’est-à-dire trouver un équilibre entre l’usure du temps, les trous et les sillons naturels du bois.


C'est l'option que j'ai choisis.


Métamorphose N°2


Comblez les pièces manquante et les fissures.


Quelque soit la matière, céramique ou bois l'étape pour combler les brisures est identique Il faudra cependant porter une attention toute particulière lors ponçage, le bois étant plus susceptibles aux rayures du papier de verre et à l'eau.


Avant de débuter n’importe quelles étapes il faut au préalable protéger les parties non altérer du masque.


Pour comblez les parties manquantes j'utilise pour cela un mélange appeler Sabi, ( mélange de Jinoko / eau / laque urushi). Sur ce masque, les fissures sont importantes, c’est pour cela que j’ajoute de la poudre Keyaki-mokufun … qui est une poudre grossière de bois japonais. 


Sur le post Métamorphose n° 0°1, le nombre de parties manquantes est important, j’en ai dénombré une quinzaine. Les brisures se localisent sur le nez ainsi que sur les bordures supérieures et inférieures du masque. Il faut ainsi que j’effectue un travail de reconstitution tout en respectant le travail de l’artisan qui a réalisé cette œuvre. 


j'évalue à plus de 3 mois de travail cette étape avec son va et viens au muro .


Il y aura un nouveau passage dans le muro, au minimum 7 jours, avec un taux d’humidité qui doit être constant. .  


Cette étape définira la renaissance du masque et c’est seulement ...

20 vues