Kintsugi

 

Le Kintsugi urushi, c'est quoi ?

                Kintsugi urushi Concept

Les composantes de la réparation à la laque urushi ne se limitent toutefois pas aux aspects esthétiques et techniques décrits ci-dessus : elles comprennent également des concepts artistiques, parmi lesquels il convient de mettre particulièrement l'accent sur quatre idées importantes, qui ont survécus sans interruption jusqu'à nos jours et sont connues sous les noms de kintsugi, Tomotsugi, Yobitsugi, Mokuhen, Urushi-Tsugi

Les trois principales techniques utilisées par l’artisan  urushi ' Didier Faillères '.

 

Le concept de restauration kintsugi, est de réparer tous types de dommages, avec l'utilisation d'une laque mélangée à de la poudre d'or ou d'argent, parfois combinées avec des parties laquées sans poudre métallique.

Le concept de Tomotsugi est limité aux travaux de restauration dans lesquels les cassures existantes peuvent être réparées en insérant des fragments originaux.

Le concept Yobitsugi insère des pièces de céramiques étrangères.  

Cette approche est souvent utilisée pour traiter de plus grandes zones endommagées ou lorsqu'un artiste veut délibérément implanter un matériau alternatif plutôt que d'utiliser des fragments originaux existants et essentiellement utilisables.

 

Le concept Mokuhen insère des pièces en bois

Le concept Urushi-Tsugi

Appliquer la laque que celle-ci soit noire ou rouge en suivant les lignes de cassure. Un concept redevenu contemporain est d'introduire des parties de laque dessinées. Le concept, fut à l’origine d’une tendance au 17ème siècle.

 

Selon la nature des dommages existants, les cinq concepts de réparation partagent la caractéristique qu'ils peuvent être combinés entre eux, élargissant ainsi encore le spectre créatif, comme le masque africain .

Un des aspect remarquable des cinq concepts  est la souplesse d’intégration des dommages accidentels et/ou délibérés.

Histoire du kintsugi

Ki Urushi technique

Didier Faillères   ©Kintsugi.art 2020  Kintsugi c'est quoi ?