#Posts             

 J'ai eu la chance d'apprendre le kintsugi urushi au Japon .

A travers mes posts , laissez moi vous faire  découvrir, aimer cet art ancestral japonais comme un art à part entière.

Histoire d'un bol à thé Raku Partie 01

... Son apparence modeste, l’irrégularité de sa forme, ce bol raku au concept esthétique de wabi sabi et aux notions de tranquillité, de solitude, de simplicité et de frugalité.


j'ai découvert ce bol raku en piteux état, l’ensemble était soigneusement rangé et enveloppé dans une boite en carton, ma curiosité en fut tout de suite attisée. Je me suis mis à assembler les morceaux simplement avec quelques bouts de papier adhésif pour visualiser l’ensemble des sévices causées par les épreuves de la vie, il manquait une petite partie mais cela n’arrêta pas mon enthousiasme.


... Suivez avec moi le processus de sa métamorphose .


Avant de suivre le processus kintsugi ... L'art du kintsugi n'utilise pas de colle époxy, pas de glu, pas de poudre dorée collante, aucun artifice synthétique shin-urushi ... tous les produits, laque hon-urushi, terre, métaux que j'utilise sont issus de procédés naturels. La hon-urushi, ou laque japonaise, est une laque naturelle à base de sève de l'arbre à laque du Japon (Toxicodendron vernicifluum), ajoutez à cela du temps et de la patience.

- Reconstruction.


Cette étape est cruciale, dans un premier temps la reconstruction, je contrôle toutes les pièces, leurs positionnements les unes aux autres, vérifiant l'emplacement de celles-ci, on ne peut faire un collage sans avoir préalablement effectué ce processus visuel.

Pour un grand nombre de pièces celles ci seront numérotées dans un ordre prédéfinis.


J'ai opté pour un ajustement de base avec une adhérence simple, pas de pinces, pas d’élastiques pour maintenir, juste quelques morceaux de papier adhésif laissant la gravité agir.

Pourquoi j'ai choisi cette option me direz vous ! Pour l’irrégularité de sa forme, le raku est façonné à la main de façon à ce qu’il repose délicatement dans la paume du buveur de thé et ainsi conserver le façonnage du potier, à l'inverse d'une pièce parfaite et lisse d'un tour de potier.


Sur ma plaque de verre mon mélange adhésif mugi urushi " farine/ eau/ laque kiurushi " est prêt pour l'application sur les jointures .


Le mélange mugi urushi devient fortement adhésif en séchant d'abord à l'air libre puis durcit dans le muro "boite dont la température et l'humidité constante sont contrôlées " on patiente au minimum 48 heures .

Vous allez me dire ... et après ! on patiente, on en profite pour s'offrir une tasse de thé


Après ce laps de temps, on enlève délicatement " la pièce est toujours fragile " le surplus de mugi urushi avec un lame coupante, on replace la pièce dans le muro pour continuer son processus de durcissement.

Vous remarquerez que la partie manquante n'est pas comblée avec le mélange mugi urushi, cette brisure sera comblée avec un autre mélange différent appelé Sabi.

Vous allez me dire ... et après ! on patiente encore.

L'art du kintsugi n'est que patience, lenteur, humilité .... allez ça mérite encore une tasse de thé vert.

Prochaine étape, combler les brisures avec le sabi.


Vous aimez ? Partagez ? N'hésitez pas à me contacter ou laisser un commentaire.


13kintsukuroi - Mars 2019


149 vues